Le Jour de la Nuit est une opération nationale de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé. Cette année cette manifestation se déroule le 12 octobre. Au programme : balades nocturnes ; observations des étoiles ; sorties nature et extinctions des lumières.

 

Balade nocturne à la Citadelle d'Arras

C'est avec un peu d'avance sur la date officielle du Jour de la Nuit, que le CPIE a animé une sortie nocturne, le 5 octobre. Près de 35 personnes étaient au rendez-vous au départ de la Porte Royale de la Citadelle pour partir dans le bois, sans lumière, en utilisant leurs autres sens pour se repérer.

Depuis l'origine de la Terre, l'alternance du jour et de la nuit rythme la vie des espèces et leurs activités. On comprend aisément que les modifications de lumière engendrent ainsi bon nombre de perturbations.

Après un constat sur les nombreuses raisons de la multiplication des éclairages artificiels, les causes et conséquences  de cette pollution, nous sommes allés à la rencontre du monde mystérieux de la nuit.

Certaines espèces ont développées des adaptations pour se repérer et communiquer dans l'obscurité. C'est le cas en particulier des rapaces nocturnes et des chauves-souris que nous sommes allés écouter au cœur du bois.

 

La pollution lumineuse en chiffres

 Selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), l’éclairage public représente :

> 11 millions de points lumineux qui servent à éclairer nos villes et nos campagnes, ce qui équivaut à 1260MW soit l’équivalent d’un réacteur nucléaire
> 37% de la facture d’électricité d’une commune 


Une autre problématique concerne les installations elles-mêmes. En effet, l’ADEME estime qu’il serait possible d’économiser entre 40 à 80% d’énergie en faisant attention à notre consommation dans un premier temps, mais aussi et surtout en rénovant les installations afin d’avoir des équipements mieux adaptés et moins gourmands en énergie.

Aujourd’hui :
> 30 à 50% de la lumière est renvoyée vers le ciel avec la plupart des lampadaires actuels
> Pour ce qui est des lampes à bulles, très communes dans nos villes et villages, 60% de la lumière est totalement perdue, ce qui est une source de gaspillage considérable.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur les sites de l’ADEME et de l’AFE (Association Française de l’Eclairage)

 

Pour approfondir le sujet et en débattre

Une soirée réunion-débat "Pollution lumineuse ou ciel étoilé ? Les lumières de la nuit " est organisée par l'association Partages, le 28 novembre 2019 à 19h30 à la salle des fêtes de Guémappe.

La rencontre sera animée par un astronome de l'Observatoire de Paris qui - par l'image - nous orientera dans une vaste exploration du ciel et des étoiles. Il introduira le phénomène de pollution lumineuse qui compromet les équilibres de la biodiversité, de la faune et de la flore, et qui perturbe notre sommeil, notre santé et déstabilise notre rapport au temps.

Ces effets nocifs de la lumière artificielle nocturne sur la santé humaine et sur la biodiversitré seront "éclairés" par un médecin et un ornithologue.

Un élu - maire de Guémappe - et un ingénieur de la Fédération de l'Energie nous exposeront ensuite les solutions et réponses - politiques et techniques - aux effets néfastes de la pollution lumineuse.

Enfin un temps de la "Rencontre" sera réservé permettant le dialogue avec les intervenants, leurs réponses à nos questions aussi bien que des échanges entre les participants.