La communauté de communes du Sud Artois a fait appel au CPIE Villes de l'Artois pour réaliser deux sessions de formation pour le personnel technique communal du territoire sur la gestion différenciée des espaces verts.

En effet dans le cadre du programme ECOPHYTO II proposé par le Grenelle de l’environnement, les communes ne peuvent plus utiliser systématiquement de produits phytosanitaires à l’exception de certaines zones (cimetière, terrain sportif…) depuis le 1er janvier 2017, et l’interdiction totale est programmée au 1er janvier 2019.

Pour pallier à cette réglementation, des solutions existent : la gestion différenciée.

  

La gestion différenciée est une méthode d'entretien des espaces verts qui se démarque des méthodes traditionnelles par l'intégration du développement durable. Elle intègre la biodiversité indigène, la proscription des produits phytosanitaires et la volonté d’une gestion partagée par tous. Elle prend en compte les cycles naturels en intégrant une gestion n’ayant pas ou peu d’impacts sur la biodiversité.

Dans les faits, il s'agit donc de mettre en place un entretien des espaces verts avec des techniques alternatives, comme le paillage dans les massifs pour éviter la pousse des "mauvaises herbes" et maintenir l'humidité, utiliser du matériel spécifique pour désherber mécaniquement, utiliser des plantes vivaces plutôt que des annuelles pour le fleurissement, avoir différents niveaux d'entretien des espaces verts : très entretenu (tonte, taille...) en centre ville, et des espaces plus "sauvages " en périphérie ou en zones résidentielles avec des prairies fleuries,...

Les communes, petites ou grandes, doivent donc revoir complètement la gestion de leurs espaces verts car l’application des produits phytosanitaires était une solution rapide et efficace de désherbage mais qui n’est plus possible avec la nouvelle législation.

 

Une formation de 2 jours a donc été proposée sur Bertincourt et Bapaume pour une trentaine de techniciens et élus.

Les produits phytosanitaires constituent un danger pour la santé et pour l’environnement, la formation a donc repris beaucoup d’éléments montrant l’intérêt de la gestion différenciée pour la préservation de la santé et de la biodiversité. La formation se répartissait entre théorie et pratique avec comme base un diaporama évoquant la réglementation autour des produits phytosanitaires, leur danger, leurs effets sur la santé et l’environnement, les techniques alternatives aux produits phytosanitaires et enfin la mise en place au sein de la commune du plan de gestion différenciée.

Le personnel communal a aussi pu essayer de l’outillage manuel alternatif aux pesticides grâce à la société Terrateck qui a mis à disposition plusieurs outils.

Le retour des techniciens fut positif sur l’ensemble du programme avec toutefois une volonté de sensibiliser les élus des communes qui ont la charge des décisions. Nous envisageons donc avec la communauté de communes du Sud Artois de mettre en place une session spécifique pour les élus afin de mettre en place la gestion différenciée dans les communes de façon cohérente et concertée.